:: Forum fermé ::
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Home, sweet home.

Aller en bas 
AuteurMessage
Liko
。◕ w ◕。 ~ Admin ~
avatar

Féminin Nombre de messages : 707
Age : 27
Age Rp: : 17 ans.
Pouvoirs: : Invoque les âmes.
Date d'inscription : 11/08/2006

MessageSujet: Home, sweet home.   Mer 21 Avr - 11:26

[J'avais juste une étrange envie de poster sur ce forum]

Je ne saurais dire combien de fois j'avais franchis les portes du hall, entendus mes pas solitaires résonner sur les dalles caramel de l'entrée. C'était il y a si longtemps que nous l'aurions presque oublié. J'étais arrivée à treize ans, j'y avais passé les plus belles années de ma vie. Mes cheveux m'arrivaient désormais jusqu'aux omoplates. Ils avaient foncés avec le temps et étaient devenus beaucoup plus bruns, ce qui étais plus féminin.
J'avançais de quelques pas, à l'affut du moindre signe de vie. Mes talons sur le carrelage me firent sourire. Je fis quelques pas de danse, plusieurs tours sur moi même, faisant voleter ma robe fleurie et bouger les roses dans mes cheveux, puis j'avais hurlé. De bonheur, de douleur, qu'importe. J'avais entendus l'écho de mon cri à travers tout le bâtiment et espéré que quelqu'un vienne y répondre. Seul le silence souligna mes songes.
J'ai ouvert les fenêtres recouvertes de poussière, ôté mes talons et j'ai courus, le plus vite, le plus loin possible en riant, passant de couloir en couloir, de salle en salle. J'avais l'impression de faire revivre cet établissement, de le regarder lentement renaître grâce à moi. J'ai ouvert toutes les portes, toutes les fenêtres, et je suis allée m'allonger dans les hautes herbes. Un envol d'oiseaux, des chats errants... Tout était vraiment laissé à l'abandon, mais j'étais heureuse. J'arborai un fin sourire, sur un visage méconnaissable. Après avoir quitté l'Institution à quinze ans, j'avais changé. Mon visage était plus mature, plus fin, et j'avais grandis d'une dizaine de centimètres. Mes changements vestimentaires empêchaient de me reconnaître.

Je n'étais plus une petite fille.

Ce n'était plus ma maison.

Je n'avais plus de famille.

Mais Océane.

Un nom, une personne, qui a tellement joué dans ma vie. Nous avons partagé la même chambre, la numéro quatre. N'est-ce pas un signe?!
J'ai hurlé ton prénom en souriant. Je voulais que tu viennes, que tu me rejoignes, que tu m'étreignes, que l'on ris ensemble.
Je voulais grandir à nouveau dans cette Institution. Revenir en arrière, vivre avec vous tous.

Était-ce trop demander?

- Océane ?

Demandais-je en caressant la tête d'un chat plutôt affectueux et plutôt maigre.

- Tu n'es pas craintif toi.

J'ai joué avec lui dans les hautes herbes avant de m'allonger. En ouvrant les yeux, il pleuvait des cordes, alors qu'il faisait grand soleil juste avant. Je devais m'être endormie.
Je me suis redressée et me suis précipitée dans le hall. J'ai laissé tomber mes chaussures et mon corps tout entier sur le dallage sombre.

Oui.

Ici, c'était chez moi.

_________________
Ce qu'on apelle une raison de vivre est en même temps une excellente raison de mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Océane Sitsé
。◕ w ◕。 ~ Admin ~
avatar

Féminin Nombre de messages : 938
Age : 27
Localisation : Sur les chemins poussièreux.
Age Rp: : 18
Pouvoirs: : Contrôle des songes
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Home, sweet home.   Dim 2 Mai - 16:32

Tu ne conserveras aucuns souvenirs de moi, je te le promet, ce sera un léger pincement au cœur qui passera, comme tout le reste, puis tu oublieras, de mon visage jusqu’au moments passés ensembles. Tu grandiras et tu passeras à un autre chapitre de ton histoire, car s’est la le véritable secret de la vie, on oublie tout avec le temps, surtout quand la magie opère et aide…

Nous étions comme deux sœurs, deux cœurs indissociables, deux destins entrecroisés pour l’éternité. Mais là ou ta vie débutait tout juste la mienne arrivait à son terminus. J’aurais tellement aimé tenir ta petite menotte des années durant, encore et encore… Mais tu n’étais plus une enfant et je n’étais pas ta maman… J’ai observé ton visage baigné par les rayons d’une triste journée. J’ai caressé ta peau de mes yeux dépourvu d’entrain, animés de peur, et j’ai soufflé ton nom dans ce hall inerte. Ton corps se soulevait régulièrement… Avait tu seulement entendu la supplique qui de mes lèvres s’était échappée pour atteindre ton cœur comme une flèche. Puisque tu allais tout oublier, mais que j’allais me souvenir, juste pour cette raison, j’avais envie d’être égoïste… Encore une fois, alors pardonne moi. J’ai posé ma main sur le carrelage froid et je me suis étendue à côté de toi, j’ai sentie ton souffle chaud sur ma joue, j’ai souris, j’ai ris, puis j’ai pleuré, comme une gamine profondément blessée… Je m’étais jurée de ne rien regretter, je m’étais promis d’être forte, pour elle, pour moi, pour toi et tous ces gens qui nous avait soutenue durant ces années. J’ai collé mon front au tiens et de surprise tu a ouvert tes grands yeux noisette. Tu m’a regardé, à la fois surprise et vexée, s’est vrai j’étais partie sans un mot, sans un geste d’amour envers celle qui était ma moitié. Et j’allais recommencer…. Encore une fois… Mais là tu n’en saurais rien, tu oublierais…… Et moi, du haut de ce ciel étoilé, je contemplerais ma laotong…. J’attendrais qu’elle me rejoigne, mais pas trop tôt, parce que tu devais vivre, parce que tu pouvais vivre.

«  L-I-K-O  »

J’ai posé mes lèvres sur ta joue, se baiser avait un goût salée, celui des larmes encore chaudes qui s’échappaient de mes billes trop bleu. Tu ne disais pas un mot, sûrement par crainte de me voir fuir, parce qu’après tout je n’étais bonne cas ça. Je me suis redressée et je t’ai serré dans mes bras, tu avais tellement changé, tu étais une femme maintenant. J’ai sentie mon cœur se serrer, ma gorge se nouer, je me suis sentie suffoquer. Alors j’ai respiré, une grande bouffée d’air qui m’écorchait la tranché mais eu pour avantage de me rafraichir la mémoire. Le temps s’écoulait comme les grains de sable dans un sablier… Comme le « tic-tac » d’une horloge. Bientôt tu m’oublierais…

«  Je t’aime »

Ces mots m’ont échappés, mais je n’ai pas nié ce que cela voulait dire. Je ne t’aimais pas comme on aime une amie, comme on aime son âme sœur, ni comme on aime sa famille, quoi que, s’était peut être un mélange des trois, s’était un sentiment fort et puissant, indescriptible et parfait, un sentiment qui poussait à la jalousie et à la convoitise… J’aurais aimé que tu ne sois cas moi, que jamais personne ne t’arrache à ce souvenir, à ce rêve absurde. Je voulais secrètement être la seul qui occupe ton esprit… Mais de la part d’un songe, s’était plus que prétention et incohérence. J’ai posé la paume de ma main sur ton front afin de dégager les mèches qui le barrait. Puis j’ai songé à mon véritable corps, étalé sur un lit d’hôpital et je me suis demandée ce qu’elle aurait pensé de toi, si il n’y avait pas eu tout cela… T’aurait-elle aimé comme moi? T’aurait-elle cherché? T’aurait-elle connu? Une vie même courte ne valait-elle pas mieux que l’ignorance? Je ne regrettais pas de t’avoir rencontré, je regrettais seulement de t’abandonner. J’étais fatiguée, épuisée….

J’aurais aimé me battre un peu plus, afin de ne jamais te quitter… Mais je n’avais plus la force d’avancer… Le seul réconfort qu’il me restait s’était de savoir que tu m’oublierais, ta mémoire…. Car il y a des sentiments que le cœur ne peut effacer, tu garderais toujours une trace de moi, le meilleur… Une partie de ton âme ce souviendrait toujours, mais l’autre ignorerait… Tu n’en souffrirais pas, s’était l'essentiel.

Tic-Toc says the clock.... Et les souvenirs s'envolent comme un mauvais rêves...

_________________
Just me, a dream...

J'ai rêvé d'un champ de blés, coloré, il s'étendait à des kilomètres, si bien qu'il était impossible d'en distinguer la fin. Mais peut être n'y avait-il pas de fin.... Ni à ce paysage, ni à ce rêve. Un allé, sans retour.

End
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liko
。◕ w ◕。 ~ Admin ~
avatar

Féminin Nombre de messages : 707
Age : 27
Age Rp: : 17 ans.
Pouvoirs: : Invoque les âmes.
Date d'inscription : 11/08/2006

MessageSujet: Re: Home, sweet home.   Sam 12 Juin - 10:13

Tu étais dans chacun de mes rêves. Actrice principale ou simple spectatrice, tu étais toujours dans le coin d'une pièce sombre, dans un champ de blé, sous la lueur du soleil doré. Et tu m'observais, avec un sourire bienveillant. Tu me murmurais des indices, tu m'aidais à faire que mes pires cauchemars se terminent bien, avec le sourire. Ce sourire que j'avais toujours noté lorsque tu étais songeuse, lorsque tu m'observais avec l'idée que bientôt, tout ces moments n'existeront plus. Mais à l'époque, je ne l'avais pas encore compris.

Là encore, tu étais avec moi. Juste là. À quelques centimètres à peine. J'ai cru pouvoir te toucher, frôler ta peau pâle et embrasser ses pommettes. J'ai cru que tout était terminé. Que tu n'avais plus besoin de fuir pour des raisons inconnues. Mais à chacun de mes pas, tu semblais toujours de plus en plus loin, jusqu'à disparaître dans la pénombre alors que ma course était devenue frénétique.

Puis le noir.
Et toi.
Nous étions l'une en face de l'autre, front contre front.
Tu me souriais avec malice cette fois-ci.
Cet instant incroyablement court me parue une éternité. J'observais chacune des courbes de ton visage, chaque palpitations de tes cils sur tes joues, chaque expressions, chaque grains de beauté.
J'allais dire ton prénom, et tout est devenu noir.

Et je me suis brusquement réveillée.
Tu étais là, devant moi.
Encore.
En vrai.
Un mélange innombrable de sentiments m'a emplie. D'un côté, la peur de te perdre, la joie de te retrouver, la tristesse de m'avoir abandonné, la sagesse des années.

J'avais imaginé nos retrouvailles de multiples manières.
Des étreintes, des rires, des pleurs. Des "happy ending" qui étaient devenus impossibles.

Alors je t'ai regardé. Je t'ai supplié de rester auprès de moi, sans rien dire.

« L-I-K-O » Murmuras-tu.

Océane.
Océane.
L'océan, imprévisible.
Un monde parallèle.
Océane.
Des rêves irréalisables, des instants inoubliables.
Océane.
Reste, je t'en prie.
Je t'en supplie, ne m'abandonne pas à nouveau.

Tu as embrassé ma joue brûlante d'émotions, tandis que tes larmes roulaient jusqu'à mes lèvres. Tu m'as enlacée avec amour, et j'ai respiré durant de longues minutes ton parfum, mes doigts crispés autour de ta taille. Tu n'avais pas le droit de me quitter à nouveau. Tu devais rester avec moi. J'étais tellement égoïste.
Je voulais hurler, j'aurai tout fait pour que tu n'appartiennes qu'à moi. Pour que nous puissions être ensemble chaque jours, chaque heures et chaque minutes de nos courtes vies.


« Je t’aime »


Moi aussi, moi aussi je t'aime. Pourquoi les mots ne viennent pas? Pourquoi ma gorge est-elle autant nouée? Ai-je trop peur de parler, ai-je trop peur que tu disparaisses si le moindre mot venait détruire cet instant?

J'ai explosé en sanglots.

Non, non, non.

Tu n'as pas le droit de me dire ça.

Tu n'as pas le droit de choisir quand notre histoire se finit, parce qu'elle ne se terminera jamais, jamais, jamais. Comment peut-on aimer quelqu'un d'autre après avoir autant aimé quelqu'un? Ce n'était pas possible, ce n'était pas possible.

J'ai resserré mon étreinte, tout en reniflant bruyamment.



« Moi aussi..... Moi aussi je t'aime...!! »

Je me suis petit à petit calmé. Qu'est-ce que j'étais entrain de faire, à pleurer comme une enfant ne voulant pas que sa mère la laisse quelques minutes seule ?
Mais après tout, ce n'était pas quelques minutes, ni quelques semaines.
C'était jusqu'à ce que je meurs.
Il me semblait avoir vécu, depuis son départ, en apnée. J'attendais une bouffée d'air. Le reste n'était que de médiocres souvenirs dont je ne me souviendrai peut-être pas dans un ou deux ans. Mais les notre...
Non, non, les notre, je ne veux pas les oublier.
Je veux les garder avec moi pour toujours.
Je ne veux pas te remplacer, car tu seras à tout jamais ma seule et unique laotong.

_________________
Ce qu'on apelle une raison de vivre est en même temps une excellente raison de mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Océane Sitsé
。◕ w ◕。 ~ Admin ~
avatar

Féminin Nombre de messages : 938
Age : 27
Localisation : Sur les chemins poussièreux.
Age Rp: : 18
Pouvoirs: : Contrôle des songes
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Home, sweet home.   Lun 14 Juin - 21:29

- La, la, ça va aller, chut....

Je t'ai bercé, ton corps tiède entrecoupé de soubresauts. Savais-tu seulement la raison de tes larmes? Étais-ce la peur? La joie? La peine d'une absence trop longtemps prolongé? Étais-ce la crainte d'un départ sans retour...? J'ai regardé ton visage, les cernes bleuâtre qui s'étaient creusées sous tes beaux yeux noisettes. Tu avais maigris, je pouvais sentir à travers tes vêtements, sous la chair, les os, jusqu'à tes côtes... Te nourrissais-tu convenablement? Liko... Liko, qu'allais-tu devenir. D'un côté j'étais soulagée, mon absence, ta perte de mémoire te soulagerais d'un poids trop important, tu n'aurais jamais du porter ce fardeau, cette croix qui était mienne. Pardonne moi petite soeur, tu n'aurais jamais du me connaitre, jamais je dis bien, jamais, verser de larmes par ma faute.

- Pourquoi est-ce que tu pleure hein? Je suis là non? Pas la peine de verser de larme? Aller, je te propose d'aller manger un morceau.

Comme pour appuyer ma proposition mon ventre s'est mis à gargouiller, protestant de n'avoir eu de petits déjeuner ce matin, comme il était coutume de faire à l'ordinaire. Je me suis emparée de sa petite menotte, bon d'accord, de sa main, et je lai trainé loin du bâtiment poussiéreux et remplie de souvenirs. Il n'était pas nécessaire de remuer le couteau dans la plaie, ici, ni elle, ni moi ne serions heureuse, trop... de sentiments, d'images, de sons... bref trop de nous y était confiné. D'ailleurs rien que l'odeur des murs me ramenait brutalement quelques années en arrière. Je l'ai promené dans les rues, j'ai erré tel une âme perdue, les gens nous toisais curieusement, ne lâchant pas du regard ses mains étroitement liées. Bien sûr, ici ce genre de comportement pouvait être offusquant, dans la société d'aujourd'hui les gens se faisaient facilement des idées. Mais je m'en fichais, bientôt tout le monde aurait oublié, tout, même le nom d'Océane Sitsé. J'ai poussé la pote d'un vieux café, il y régnait une effluve de cigarette, bien qu'il eu été interdit de fumer dans les lieux publics désormais. J'ai commandé un café noir, sans sucre. Elle était loin l'époque du chocolat chaud, désormais je dépendais de la caféine, comme un drogué de son herbe. Je ne savais même pas qu'on pouvais dépendre du café... Mais tant que ça ne me nuisait pas. J'ai laissé Liko commander, puis j'ai ajouté deux, trois croissants et pains au chocolat pour accompagner nos boisson. Le serveur nous à quitté seulement quelques minutes, avant de revenir pour tous déposer sur notre table. Bien assise dans la banquette en cuir rouge, j'ai pris dans mes mains la tasse brulante, j'ai soufflé sur le liquide bouillant, et je l'ai porté à mes lèvres en savourant ce nectar divin.

- Que fais-tu désormais? Tu habite où? Tu travail où?

J'ai reposé le récipient pour m'emparer d'un croissant chaud que j'ai goulument avalé, j'avais terriblement faim, faut dire aussi que je ne me nourrissait presque plus. Pas la peine, le temps s'écoulait à une telle vitesse, il aurait été stupide de le gaspiller de cette manière, en me gavant de bouffe, quoi que, pour certain ce serait appelé paradis, pour moi la vie s'appelait liberté.

_________________
Just me, a dream...

J'ai rêvé d'un champ de blés, coloré, il s'étendait à des kilomètres, si bien qu'il était impossible d'en distinguer la fin. Mais peut être n'y avait-il pas de fin.... Ni à ce paysage, ni à ce rêve. Un allé, sans retour.

End
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Home, sweet home.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Home, sweet home.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Home Sweet Home [pv Bonnie]
» [Kawa - Ishigaki] Home, sweet home...
» 07. Home Sweet Home
» Home sweet home. — Heaven & Tala

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Institution :: • Institution || Rez-de-Chaussée • :: Jardin.-
Sauter vers: