:: Forum fermé ::
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Des années après. Ou des siècles, qui sait.

Aller en bas 
AuteurMessage
Liko
。◕ w ◕。 ~ Admin ~
avatar

Féminin Nombre de messages : 707
Age : 27
Age Rp: : 17 ans.
Pouvoirs: : Invoque les âmes.
Date d'inscription : 11/08/2006

MessageSujet: Des années après. Ou des siècles, qui sait.   Sam 18 Avr - 16:53

(Juste parce que j'ai envie de poster xD me fouettez pas!)

Qu'est-ce l'espoir pour celui qui a tout perdu? Qu'est-ce que les souvenirs pour le nostalgique? Qu'est-ce que la vie pour l'âme abandonnée?
Cela faisait combien de temps que je n'avais pas foulé ces terres? Que je n'avais pas touché le marbre glacé des ruines de ce que nous avons chéri et adoré pendant des années. Ce que nous appelions si communément l'Institution, notre refuge.
Le vent chaud de la fin de journée frôlait avec délicatesse les traits fins et blancs de mon visage. Mes cheveux ternis par les années d'obscurité volaient légèrement et prenaient des teintes dorées sous la lumière du crépuscule tandis que mes yeux, d'un bleu trop clair observaient avec mélancolie le bâtiment.
Mes bottes noires se déplacèrent d'un pas feutré au milieu de ce bâtiment abandonné et tandis que j'entrais dans ce qui était le hall, mon coeur bâtit plus rapidement. J'esquissais un sourire nostalgique et allumais la lumière, sans succès. Le courant avait été coupé. Évidemment.
Mes pas résonnèrent sur le dallage noir et blanc et je grimpais les escaliers tagués par des squatteurs. Plusieurs fenêtres étaient cassées et j'ouvris avec une certaine peur ce qui avait été ma chambre.
Apparemment, plusieurs personnes avaient dormi ici. Sûrement des SDF. Les matelas étaient déplacés et les murs noirs de saleté. J'ouvris la fenêtre et observais avec délectation l'ancien jardin devenu bien sauvage.
J'éternuais et refermais la fenêtre avant de descendre les escaliers, portable en main. J'avais réussis à me le payer à force de travailler en temps que serveuse dans des petits cafés.
Je composais rapidement un numéro que je connaissais par coeur et la boîte vocale se mit en route.

"Océ-chan ! Je suis retournée là où tout à commencé. Rien n'a vraiment changé, si tu oublis les squatteurs, la détérioration et la saleté. Rappelle moi. Au faites, c'est Liko, j'ai encore changé de numéro."
Je raccrochais et quittais les lieux, ma robe volant au gré du vent qui accompagnait silencieusement mes pas.

_________________
Ce qu'on apelle une raison de vivre est en même temps une excellente raison de mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Océane Sitsé
。◕ w ◕。 ~ Admin ~
avatar

Féminin Nombre de messages : 938
Age : 27
Localisation : Sur les chemins poussièreux.
Age Rp: : 18
Pouvoirs: : Contrôle des songes
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Des années après. Ou des siècles, qui sait.   Sam 25 Avr - 20:43

Cela faisait maintenant deux ans que toute l'institution c'était vue éparpillé au grès du vent et des envies, depuis que les informations parlaient de nous comme des parasites nuisibles qu'il était bon d'exterminer.
Ce jours là j'avais entrepris de rentrer "chez moi", à travers les fenêtres du train je regardais les paysages défiler, une certaine nostalgie dans le regard.
Je me demandais tout les jours si Liko allait bien, j'avais eu un portable à une époque, mais au cours de mes voyages, j'avais finit par le perdre, j'imaginais déjà les nombreux messages laissés sur la boite vocale ou on nous entendait rire toutes les deux.
A cette époque encore, nous étions bien innocente et enfantine, pourtant prise dans une réalité douloureuse nous avions encore cette capacité donnée aux enfants, celle d'oublier, celle de dépasser les problèmes du quotidien.
Aujourd'hui cependant, tout était différent, parce que cela faisait maintenant deux ans que nous étions loin l'une de l'autre, sans nouvelles et sans idées de là ou l'autre pouvait se situer, seul face à ce monde ou chaque jours était une partie d'échec pleine de risques, pleine de dangers.
A la gare personne ne se bousculait, l'endroit semblait presque mort, il l'aurait été si je n'avais pas rencontré un contrôleur adossé à une poutre entrain de fumer.
Je passa mon chemin tête baissé, ne voulant croiser aucun regard. La peur de dévoiler un secret, de croiser la mort.
Le chemin jusqu'à l'institution me parut long et interminable, il l'aurait sans doute été, ci une pancarte n'avait pas attiré mon regard. Dessus les lettres d'or étaient usées. Le bâtiment semblait en ruine, les murs étaient d'un gris rosâtre particulièrement sale. Les jardins n'étaient constitués que d'herbes hautes dans lequel je trouvais difficilement mon chemin.
Ce n'est qu'une fois devant la porte d'entré que je me remis en question. Pourquoi étais je ici? Dans quel but?
Je me laissa tomber sur les marches un sac pendouillant sur le sol. Les bras reposés contre mes jambes et la tête calée dans mes mains j'observais le ciel et ses teintes grisées. Une tempête approchait et je ne savais toujours pas ou j'allais me loger. Mais ce qui occupait mon esprit à cet instant c'était elle..... Allait-elle bien? Que faisait-elle.......

_________________
Just me, a dream...

J'ai rêvé d'un champ de blés, coloré, il s'étendait à des kilomètres, si bien qu'il était impossible d'en distinguer la fin. Mais peut être n'y avait-il pas de fin.... Ni à ce paysage, ni à ce rêve. Un allé, sans retour.

End
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liko
。◕ w ◕。 ~ Admin ~
avatar

Féminin Nombre de messages : 707
Age : 27
Age Rp: : 17 ans.
Pouvoirs: : Invoque les âmes.
Date d'inscription : 11/08/2006

MessageSujet: Re: Des années après. Ou des siècles, qui sait.   Ven 1 Mai - 9:31

Une fois l'Institution quittée, j'étais retournée au près de ma nouvelle famille. C'était la compagnie Dandelion, composée de tout un tas de gens qui m'avaient permis de survivre face aux autorités, face à ma dépression.
Après avoir fait un show plutôt médiocre dans cette ville grisâtre, le chef de la compagnie annonça que nous allions bientôt partir, et quitter par la même occasion l'Institution. Il m'avait promis de m'attendre, que nous partirions seulement quand je l'aurai dis, avec ou sans moi.
J'étais donc retournée une nouvelle fois sur les traces de mon passé, trop envieuse de le retrouver, lui qu'on aurait voulu éternel.
Je foulais délicatement de mon index les murs du bâtiment tout en le longeant et au moment de tourner pour arriver vers la porte d'entrée, j'aperçus une jeune fille, assise et me faisant dos.
Mon premier réflexe fut de me cacher, de bondir légèrement en arrière.
Etait-ce une Rebelle? Une maudite? Quelqu'un des autorités?
Elle ne semblait déjà pas porter d'uniforme. Et puis, ces cheveux me rappelaient tellement ceux de...
Non. Elle était partie et ne m'avait plus donnée de nouvelles. Elle m'avait abandonnée et j'avais voulus mourir. Peut-être était-ce pour cela que je m'entends si bien avec Keiji, mon âme. Peut-être parce que lui aussi avait eu envie de ne plus exister. Parce que lui aussi avait tout perdu.
Sans faire un bruit, je me rapprochais de la jeune fille et délicatement, comme si je saisissais de mes doigts un bonheur encore fragile, mes doigts se déposèrent sur son épaule.


- Océane...?

_________________
Ce qu'on apelle une raison de vivre est en même temps une excellente raison de mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Océane Sitsé
。◕ w ◕。 ~ Admin ~
avatar

Féminin Nombre de messages : 938
Age : 27
Localisation : Sur les chemins poussièreux.
Age Rp: : 18
Pouvoirs: : Contrôle des songes
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Des années après. Ou des siècles, qui sait.   Ven 1 Mai - 19:12

L'intonation de cette voix, et ce contact bien que court me firent tout deux pâlirent. Je n'osais même pas regarder derrière moi pour faire face au passé, pour lui faire face. Devant qui allais-je me retrouver, Liko petite et insouciante, aimante ou bien devant une inconnue, grande, sérieuse, mâture...La réponse était peut être trop simple, trop évidente et trop insupportable pour que je fusse capable de quoi que se soit, c'est pourquoi les secondes s'égrenaient et je ne faisais rien. Lentement ma tête s'inclinait sur le côté, lentement mon corps se levait et toujours avec la même lenteur je lui fit fasse.

- Liko, c'est toi?

Ce n'était pas ma voix, d'ordinaire si sûr d'elle, là elle tremblait, était incroyablement faible, comme le son d'un doux murmure, d'une question qui risquerait de vous hériter la gorge tellement les mots sont douloureux. Et ils l'étaient, tout du moins son nom était douloureux à prononcer, car voila deux ans que ses lèvres n'avaient pas bougé sur la prononciation de "Liko".
Elle avait tellement changé, les cheveux plus long, les traits du visage plus fermés, plus mâtures, mais surtout, cette incroyable peine, ce désespoir que je ne lui avait jamais connut semblait se dessiner dans ce regard, là ou brillait, dans le bleu de ses yeux l'éclat argenté d'une âme miroitante.
Liko n'était plus celle de mes souvenirs, je n'était pas non plus, la Océane qu'elle avait connut. Il suffisait simplement de nous voir, toutes les deux, corps tendus, mines déboussolées, incapable de faire un geste ou un mouvement pour réveiller l'autre et lui faire comprendre que tout ceci n'est pas un rêve. Si cette scène avait eu lieu il y a de cela 2 ans, tout aurait été différent, nous nous serions jetés dans les bras l'une de l'autre en pleurant à chaude larmes, remerciant le ciel de nous offrir cette instant, mais plus maintenant....
Je voulais caresser sa joue, la serrer contre moi, lui murmurer qu'elle m'avait manqué, mais l'appel de la raison me fit "revivre", si j'étais partie de l'institution sans rien lui dire, c'était pour lui éviter plus d'ennuis, une âme seul pouvait survivre, deux laissait moins de chances, à cette époque, j'étais encore la seul de nous deux capable de faire ce choix. Et bien qu'il eu été amère et sûrement difficile pour elle, cette rencontre, je le savait, allait bousculer nos deux vies, d'une façon irrémédiable.
Je tournais les talons, sans en demander mon reste, si elle et moi entamions cette discussion il en était finit de mes efforts et alors ces deux années de retenues n'auraient servit à rien. Ce n'était pas possible, non, d'autant plus que je voulais qu'elle vive, même si cela impliquait de vivre loin l'une de l'autre.
Je cherchais mon chemin parmi les hautes herbes, le sac trainant dans la poussières, les larmes brouillant ma vision. Ce fut le bruit des voitures et les voix agaçantes des passants qui me conduisirent sur le trottoir. Je souhaitais partir, fuir, n'être jamais venue ici... Mais que ressentait-elle tout au fond de son cœur? Cette retenue, cette façons de m'appeler, était pleine de tristesse et de doutes, elle avait eu peur, que cet instant magique soit le fruit de son imagination, douloureuse et cruelle...
Alors maintenant, avais-je réellement le droit de partir? Et de nouveau l'abandonner comme je l'avais fait la première fois?

_________________
Just me, a dream...

J'ai rêvé d'un champ de blés, coloré, il s'étendait à des kilomètres, si bien qu'il était impossible d'en distinguer la fin. Mais peut être n'y avait-il pas de fin.... Ni à ce paysage, ni à ce rêve. Un allé, sans retour.

End
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liko
。◕ w ◕。 ~ Admin ~
avatar

Féminin Nombre de messages : 707
Age : 27
Age Rp: : 17 ans.
Pouvoirs: : Invoque les âmes.
Date d'inscription : 11/08/2006

MessageSujet: Re: Des années après. Ou des siècles, qui sait.   Sam 2 Mai - 11:13

Il me fallut peu de temps pour la rattraper et lui saisir le poignet. J'avais acquis au fil du temps assez de maturité pour ne plus pleurer, pour être plus encline à faire face aux événements.

- Océane! Tu vas me fuir encore longtemps? Je ne suis plus une enfant, tu n'as plus besoin de tenter de me protéger.

Mes mots semblaient ne pas s'accorder ensemble. Il y avait tellement de choses que j'avais envie de lui dire, tellement de questions à lui poser. Voyant qu'elle n'avait pas spécialement envie de me faire face, je l'enlaçais délicatement par la taille, déposant mon visage au creux de son dos.

- Ne me quitte pas encore.

Je touchais mon petit rêve du bout de mes doigts, il était là, avec moi, entre mes bras. Je respirais son odeur et me laissais portée par la nostalgie. Resserrant doucement mon étreinte, il ne me fallut que quelques secondes pour la relâchée, lui faisant désormais face. Un seul mot me vint à l'esprit.

- Pourquoi?

_________________
Ce qu'on apelle une raison de vivre est en même temps une excellente raison de mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Océane Sitsé
。◕ w ◕。 ~ Admin ~
avatar

Féminin Nombre de messages : 938
Age : 27
Localisation : Sur les chemins poussièreux.
Age Rp: : 18
Pouvoirs: : Contrôle des songes
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Des années après. Ou des siècles, qui sait.   Dim 3 Mai - 19:53

Tout c'était passé trop vite, j'avais à peine sentie l'air pollué par les voitures, qu'autres chose emplissait mes poumons, son parfum, délicat, doux, un mélange sucrée de caramel et de vanille . Un parfum plein de souvenirs, douloureux, saisissant, poignardant, mais le plus difficile c'était ce contact, si humain, ce contact qui faisait de nous des êtres vivants tout à fait banale, tout aussi faible, bien que nous possédions des dons.

- Liko tu ne comprends pas!


Je m'étais concentré sur son visage sur l'éclat de ses yeux pour mieux me rappeler les raisons qui m'avait poussé à fuir, à agir de cette façon. Et ces raisons me paraissaient d'autant plus évidentes maintenant que nous nous faisions face.

- Que tu soit grande, mâture ou non n'y changera jamais rien. Nos destins sont si étroitement liés maintenant! Tu ne sais pas à quel point je t'aime! Tu ne sait pas à quel point t'a vie m'est importante!

Je marqua un léger temps de pause, pour retrouver mes esprits, pour effacer de ma mémoire, ce parfum enivrant qui émanait d'elle, ces souvenirs si paisibles, ceux que je chérissait tant.

- Tu est comme une sœur pour moi... Non! Tu est ma sœur! Et ma réaction est celle d'une mère, peu importe l'âge que tu auras, je veillerais toujours sur toi! Je prendrais toujours les décisions qu'il faut pour que tu sois heureuse.

J'avais l'impression que même ces mots ne suffisaient pas pour lui faire comprendre l'ampleur de ce moment, le drame qu'il pourrait conduire si jamais nous ne nous séparions pas.

- Liko... Ensembles nous risquons la mort, je ne supporterais pas de te voir mourir, tout comme je ne supporterais pas l'idée d'en être la cause, ou d'avoir été assez immature pour en prendre le risque, essaye de comprendre...

Je caressa sa joue du bout des doigts, me résignant à retenir les larmes qui brouillait ma vision du monde. Comme lorsque j'avais prit la fuite, je sentais cette sensation oppressante, ce besoin d'air, de liberté, de calme. Mais maintenant qu'elle était là, je n'arrivais plus à m'imaginer un seul endroit sans ma laotong à mes côtés.

_________________
Just me, a dream...

J'ai rêvé d'un champ de blés, coloré, il s'étendait à des kilomètres, si bien qu'il était impossible d'en distinguer la fin. Mais peut être n'y avait-il pas de fin.... Ni à ce paysage, ni à ce rêve. Un allé, sans retour.

End
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liko
。◕ w ◕。 ~ Admin ~
avatar

Féminin Nombre de messages : 707
Age : 27
Age Rp: : 17 ans.
Pouvoirs: : Invoque les âmes.
Date d'inscription : 11/08/2006

MessageSujet: Re: Des années après. Ou des siècles, qui sait.   Lun 18 Mai - 9:11

Mes yeux s'embuèrent et je souris en repensant à ce que j'avais proclamé durant toutes ces années à la compagnie Dandelion : que je ne pleurerai plus jamais.
Lorsqu'elle eut finit de me dire pourquoi nous ne devions être ensemble, je lui renvoya des arguments pour démontrer le contraire.


- Océ-chan, ça fait... Deux ans que nous sommes séparées. J'ai rejoins une compagnie itinérante et je voyage. J'ai fais une multitude de rencontres, vu une multitude de régions... Et pourtant je n'ai jamais été plus heureuse qu'en ces lieux ternes et tristes. Alors pourquoi? Parce que nous étions ensemble! Je n'ai pas vécu pendant ces deux ans, j'ai survécu dans le simple espoir de te retrouver un jour! Alors s'il te plaît... Ne m'annonce pas que c'est mieux pour moi...

J'avais les poings serré le long de mes hanches et les yeux débordant de larmes. J'avais envie de la serrer dans mes bras, de la retenir de toutes mes forces, mais je savais que je n'avais pas le droit. Que ce n'était pas loyale, vis-à-vis d'elle et de ses choix...

_________________
Ce qu'on apelle une raison de vivre est en même temps une excellente raison de mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Océane Sitsé
。◕ w ◕。 ~ Admin ~
avatar

Féminin Nombre de messages : 938
Age : 27
Localisation : Sur les chemins poussièreux.
Age Rp: : 18
Pouvoirs: : Contrôle des songes
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Des années après. Ou des siècles, qui sait.   Lun 18 Mai - 20:03

Je resta intangible sur mes sentiments, afin de préserver la clarté de ce moment. Le ciel déversait sur nous ses flots, les âmes de nos ancêtres devaient pleurer cette scène, le choix qu'ils nous imposaient en ce moment, suspendu au dessus du vide, je sentais même la présence de ma mère, pleine de compassion et d'amour.

- Je ne voulais pas cela....

Soufflais je lèvres pincées. Une vielle histoire racontait, qu'un lien reliait les personnes dont l'amour était puissant. Si nous avions pus, Liko et moi même, nous aurions sûrement vus le mince ruban ocre nouée autour de nôtre doigts fins et élancés, qui nous unissait à jamais, comme deux laotong, dans la vie, comme dans la mort. A cette simple pensée, je frémis.

- Je ne voulais pas que nos chemins se croisent.


A présent mes mots n'étaient plus des murmures, mais plutôt des cris apeurés, rempli de haine et de désespoir envers la vie. Mes poings étaient tout deux serrés si fort, que mes ongles ancré dans ma peau avaient finit par blanchir mes phalanges. Mon visage quand à lui, était rouge de honte, tandis que je dévoilais, une part faible de mon caractère.

- Je suis égoïste, je savais que si nous nous croisions, je ne voudrais plus te laisser partir.....


En moi existait le conflit le plus insupportable qu'il fusse possible de connaître, celui de la raison contre la passion. Je ne saurais sus expliquer les sentiments qui m'animaient en présence de Liko, mais il était très claire pour moi qu'elle était comme un membre de ma famille. Une sœur, que j'aurais sans doute regretté autant que j'aurai pus regretter Eloria.

_________________
Just me, a dream...

J'ai rêvé d'un champ de blés, coloré, il s'étendait à des kilomètres, si bien qu'il était impossible d'en distinguer la fin. Mais peut être n'y avait-il pas de fin.... Ni à ce paysage, ni à ce rêve. Un allé, sans retour.

End
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liko
。◕ w ◕。 ~ Admin ~
avatar

Féminin Nombre de messages : 707
Age : 27
Age Rp: : 17 ans.
Pouvoirs: : Invoque les âmes.
Date d'inscription : 11/08/2006

MessageSujet: Re: Des années après. Ou des siècles, qui sait.   Dim 31 Mai - 22:19

Il me sembla sentir les larmes s'écouler sur mes joues rougies par l'émotion. Mon visage qui s'était longtemps semblé mature était redevenu poupon et affichait une moue disgracieuse. Je saisis rapidement ses mains, les serrant contre mon coeur.

- Alors soit égoïste! Reste avec moi! Vivons vraiment, même si tout cela s'achèvera vite... J'ai besoin de vivre, j'ai besoin de toi, Océane...


Je déposai sa main contre ma joue. Je voulais qu'elle sente mes larmes, je voulais qu'elle sente toute cette vie qui influait dans mes joues, qu'elle voit que j'étais entrain de vivre pour elle. Que je l'aimais et que je ne voulais plus la laisser partir.


- Reste...


Je fermai les yeux et relâchai mes doigts, dégageant sa main. Mes délicates pupilles bleutées fixèrent alors les siennes et dans un souffle de vent lourd, j'attendis sa réponse. Sentant délicatement la brise faire voler mes cheveux courts...

_________________
Ce qu'on apelle une raison de vivre est en même temps une excellente raison de mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Océane Sitsé
。◕ w ◕。 ~ Admin ~
avatar

Féminin Nombre de messages : 938
Age : 27
Localisation : Sur les chemins poussièreux.
Age Rp: : 18
Pouvoirs: : Contrôle des songes
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Des années après. Ou des siècles, qui sait.   Lun 1 Juin - 10:54

Une brise d'air rafraichissait l'atmosphère, le soleil tapait dur malgré l'heure tardive, dans moins de 15 minutes il déclinerait, laissant place à la fraicheur d'une nuit d'été. Curieusement elle ne songeait pas en tout premier lieu à la réponse qu'elle devais lui fournir, mais plutôt au logement qu'elle devais trouver d'urgence. Puis de façon nerveuse, elle commençait à triturer ses doigts.

- D'accord.


Ses yeux avaient croisé les siens et dans un court instant de doutes les avait délaissé. Dieu était cruel se dit-elle, car non seulement il écourtait les heures de vies de chaque maudits, mais en plus il leurs faisait faire le plus cruelle des choix. Océane soupirait, sa voix en tremblait, son cœur se serrait, avec volonté, paupières closes, elle se rapprochait de liko, tel une enfant, ses mains s'accrochèrent timidement à son vêtement, puis avec plus d'assurance elle étreignit son amie.
Qu'on les pardonne pensait-elle, qu'on leur laisse encore quelques heures, ensembles, le temps qu'elles se disent adieux... à tout jamais.
-Rentrons chez nous.

Elle tenait fermement les mains de sa laotong tandis qu'elle s'engageait dans l'établissement sombre, aucun son ne parvenait à leurs oreilles, aucun signe de vie, seul les battements de leur deux coeurs résonnaient, une douce mélodie.
Une fois devant leur ancienne chambre Océane poussait la porte, à l'intèrieur il n'y avait plus qu'un lit, les draps étaient cependant bien pliés, en l'attente d'un nouveau locataire, la poussière avait prit pocession des rares meubles présents. Nochalement elle jetait son sac à terre et y tirait des vêtements propres, quelques paquets de gâteaux et des bouteilles d'eau, des cannes à sucre et boites de médicaments avec bandages. Ce serait suffisant pour cette nuit, elle prit un vieu bout de drap qu'elle passait sur les meubles et sur le sol, ce n'était pas du grand ménage, ni du grand confort, mais c'était leur maison et elles étaient sans nul doute trop exténuées pour faire cela ce soir. La jeune fille posait toutes ses affaires sur le lit, puis avec plus d'énergie que précédément retirait ses chaussures afin de se blottir dans les couvertures.


Viens,
murmurait-elle tandis que ses doigts s'élançaient dans le vide afin de la faire venir à ses côtés.

_________________
Just me, a dream...

J'ai rêvé d'un champ de blés, coloré, il s'étendait à des kilomètres, si bien qu'il était impossible d'en distinguer la fin. Mais peut être n'y avait-il pas de fin.... Ni à ce paysage, ni à ce rêve. Un allé, sans retour.

End
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liko
。◕ w ◕。 ~ Admin ~
avatar

Féminin Nombre de messages : 707
Age : 27
Age Rp: : 17 ans.
Pouvoirs: : Invoque les âmes.
Date d'inscription : 11/08/2006

MessageSujet: Re: Des années après. Ou des siècles, qui sait.   Lun 1 Juin - 16:59

Je l'avait suivie sans ajouter une parole, peut-être de peur que mes propos ne la fasse changer d'avis. Je lui ai pris la main et nous sommes rentrée dans notre petite chambre légèrement saccagée et poussiéreuse. J'aurai pu la rater.
Je repensais à la troupe. Elle m'attendait patiemment. J'irai les voir demain. Pour le moment c'était mon présent qui m'occupait.
Pour répondre à ses gestes, ses bras tendus vers moi, je me glissais dans les bras et me lovais contre elle. J'étais si bien. C'était si vraie, si naturelle, cette position. Ce contact universel qui tentait deux relier deux âmes entre elles, deux enveloppes charnelles.
Il me fallut plusieurs heures avant de trouver le sommeil dans ses bras, malgré le fait que j'étais épuisée. J'avais tellement peur de la perdre, tellement peur qu'en me réveillant, je ne découvre que tout cela n'avait été qu'un simple rêve.
Regroupant mes membres tel un feotus, je collai mon nez froid contre ses côtes tandis que mon souffle, las et long, tentait de réchauffer ce que mes membres glaçaient.
Mes doigts se faufilèrent sous les draps et cherchèrent les siens. Ainsi, paisiblement, ils s'emboittèrent avec les siens, se croisant parfaitement. C'était les deux moitiés d'une même entité, nous étions des laotongs pour la vie, des âmes soeurs.

Le réveil fut plutôt dur. Il devait être dix heures passées et j'avais une bonne dizaine d'appels en absence sur mon portable.
Je m'habillais rapidement, déposa un post-it sur le front d'Océane en riant où j'avais écrit que je n'avais pas réglé tout ce que j'avais à faire. Lui expliquer que j'allais voir la compagnie Dandelion aurait été trop long à écrire. Je quittai donc la pièce, enfilant en même temps mes bottes et courant au milieu des couloirs poussiéreux.
Je n'aurai pas supporter de ne pas leur dire au revoir. Peut-être une phobie dûe à ce que j'avais vécu avec le départ d'Océane...
Je ne savais pas trop. Mais je savais que ce ne serait pas déchirant. Ils reviendraient. J'en étais persuadée.
Seuls les enfants pleureraient. Après tout, ils en avaient mis du temps avant de trouver une violoniste correcte...
Il ne me faudrait qu'une heure pour leur dire au revoir. Juste soixante minutes pour les remercier de tout ce qu'ils avaient fait pour moi...

_________________
Ce qu'on apelle une raison de vivre est en même temps une excellente raison de mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Océane Sitsé
。◕ w ◕。 ~ Admin ~
avatar

Féminin Nombre de messages : 938
Age : 27
Localisation : Sur les chemins poussièreux.
Age Rp: : 18
Pouvoirs: : Contrôle des songes
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Des années après. Ou des siècles, qui sait.   Dim 7 Juin - 14:16

Océane se réveilla difficilement, les draps qui leurs avaient servi de rideau laissaient passer les rayons du soleil baignant la pièce d'une douce chaleur. Instinctivement sa main vint se poser à côté d'elle afin de chercher sa sœur de cœur mais elle ne rencontra que les couvertures. En quelques secondes elle se trouvait sur pieds à arpenter la pièce, où était Liko? Elle cessa de faire les cent pas dans la chambre lorsqu'elle rencontra son reflet dans le miroir, scotché sur son front un post it qu'elle retira vivement... Elle allait revenir. Une bouffée de soulagement l'envahit et la jeune fille se laissa tomber sur le sol.

-L-I-K-O....

Sussurat-elle tout en frottant ses paupières lourde de fatigue, elle avait beau avoir dormis une partie de la matinée elle se sentait toujours aussi exténué. Elle ne lutta pas plus longtemps et se laissa bercer par les bras de Morphée, en attendant Liko elle aurait dus faire un peu de ménage mais toutes ces bonnes résolutions c'étaient évanouis lorsqu'elle avait calé sa tête sur l'oreiller moelleux de sa laotong. Lèvres entrouverte elle respirais à plein poumons l'air de la pièce tout en s'imprégnant du parfum de son amie. Ainsi blottie comme une enfant fragile elle trouvait cet instant paisible, agréable et réconfortant. Elle revivait... deux ans, deux longues années qu'elle n'avait pas ouvert les yeux sur le monde, aujourd'hui tout lui semblait différent.

_________________
Just me, a dream...

J'ai rêvé d'un champ de blés, coloré, il s'étendait à des kilomètres, si bien qu'il était impossible d'en distinguer la fin. Mais peut être n'y avait-il pas de fin.... Ni à ce paysage, ni à ce rêve. Un allé, sans retour.

End
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des années après. Ou des siècles, qui sait.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des années après. Ou des siècles, qui sait.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des années après... [PV Emma]
» [FANFIC] Harry, des années après
» Les résumés de la MN, année après année
» Exploration des lieux, recherche...
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Institution :: • Institution || Rez-de-Chaussée • :: Jardin.-
Sauter vers: